Suivi projets

Pérennité des projets

En amont de la mise en œuvre des investissements et en partenariat avec notre association,
nos partenaires nigériens mettent en place des Comités de gestion (COGES)

Ces COGES comprennent :

  • un président (généralement le chef du village),
  • des rapporteurs
  • et des membres.

Ils ont pour rôle …

  • D’être les interlocuteurs locaux
  • D’assurer le suivi des travaux
  • D’être les garants quant à la pérennisation des ouvrages réalisés

Dans le cadre de ces COGES, il est donc prévu pour les différents projets :

  • Des programmes de formations et de sensibilisations  des populations
    sur l’hygiène et l’assainissement.
  • Des actions de sensibilisation pour inciter la prise en charge financière
    par une petite contribution annuelle des populations.
    Cela permettant aux partenaires nigériens d’assurer une autonomie pour les dépenses
    liées aux frais de fonctionnement des équipements réalisés.

Contrôl sanitaire

Projet sur la garantie de la potabilité de l’eau

Notre association finance des travaux pour l’approvisionnement en eau potable
de la population de la commune de Tabelot.
Pour que notre mission soit pleinement réussie,
notre association est soucieuse de la qualité de l’eau distribuée.

Problématiques rencontrées

La fourniture d’une eau de qualité dans les pays en voie de développement fait partie d’une chaîne.
Chaque étape peut être source de contamination :
-La configuration des puits traditionnels (non fermés hermétiquement) et l’action du vent
engendrent une pollution naturelle
-L’eau puisée dans les forages
-Les seaux et les cordes utilisés par les villageois
-Le transport dans des bidons
-Des problèmes rencontrés après le stockage dans de simples seaux dans les cases
sans protection particulière : Notion d’hygiène : « mains sales » lors du prélèvement, du transport,
du stockage et de la préparation des aliments

Cette chaîne de contamination est à l’origine de maladies comme la diarrhée
qui est la 2ième cause de mortalité infantile
(Dans les pays en voie de développement, on enregistre toutes les minutes le décès de trois enfants
ayant pour cause l’hygiène et la non potabilité de l’eau).

Objectifs

Initier une mission de contrôle bactériologique de l’eau
sur les installations déjà réalisées ou à venir.

Moyens à mettre en œuvre

M. Dominique Vaurette, médecin biologiste, diplômé de médecine tropicale
et travaillant depuis 20 ans pour une autre ONG a proposé ses services à l’association.
Responsable d’un laboratoire d’analyses médicales, dans le cadre professionnel,
il se consacre aujourd’hui à des missions de contrôle bactériologique de l’eau
et se rend régulièrement dans les pays africains.
L’association, souhaitant mener une étude sur la potabilité de l’eau à Tabelot,
travaille en partenariat avec Dominique Vaurette
qui met ainsi à notre disposition son expérience et ses connaissances.

Actions de sensibilisation de la population

Le forage étant la technique la plus fiable pour avoir de l’eau potable, il convient
– de sensibiliser les populations sur les conditions de transport et de stockage de l’eau

Actions de formation

-Former des interlocuteurs au Niger permettra de sensibiliser les responsables et les populations
sur l’importance qui doit être accordée à la garantie de la potabilité de l’eau
– Soucieux de la sécurité sanitaire des populations
Le projet a pour objectif de former des Nigériens situés au plus près des lieux
de distribution d’eau (infirmiers des centres de santé = CSI), et des écoles
(instituteurs : Ecoles du village de Talat, du village d’Emalawlé …etc)
afin qu’ils puissent effectuer eux-mêmes des missions de contrôles bactériologiques des eaux
et sensibiliser les populations, les enfants des écoles…etc

Moyens

Quelques gestes simples permettront un maintien de la potabilité de l’eau :
– Stockage de l’eau brute dans un réservoir de 20m3, traitée par de l’hypochlorite
afin d’obtenir une concentration en chlore libre résiduel conformément aux normes de l’OMS
– L’ajout d’un bouchon d’eau de javel semble être la solution la mieux appropriée
pour que les populations éloignées du point d’eau puissent la transporter et la stocker
évitant ainsi sa contamination.

Village Talat

Adduction d’eau potable avec pompage solaire, dans le village de Talat

Le vaste territoire de la commune de Tabelot, composé de plus de 35 villages,
doit faire face à d’importants travaux pour remédier aux problèmes posés par la pénurie d’eau.

Face à ce défi que la commune ne peut assumer seule faute de moyens suffisants,
notre association a décidé de poursuivre ses efforts.

Talat, village de la commune rurale de Tabelot

C’est le plus gros village de la vallée d’Abardek située à 115 km au nord-est d’Agadez
Population totale : 1605 habitants
Principales activités : agriculture et élevage

Ce village rencontre plusieurs problèmes :
Difficultés d’accès à l’eau
Beaucoup de puits existants sont en mauvais état
Au centre du village le puits principal assure l’approvisionnement
– de l’école primaire (160 élèves)
– du Centre de Santé Intégré (CSI – 40 malades par jour)

Nos partenaires nigériens (ONG GAGE en accord avec la commune de Tabelot)
nous ont proposé d’intervenir dans le village de Talat

D’un commun accord, il a été décidé de réaliser les travaux suivants :
– Installation d’un système de pompage solaire sur un puits villageois existant
pour alimenter le Centre de Santé, l’école et le village en eau potable
– Réalisation d’un mini château d’eau, bassin de stockage de 20 m3
– Réalisation de canalisations pour deux robinets dont l’un au profit du CSI et l’autre de l’école primaire
– Aménagement d’une borne fontaine

Les résultats attendus

Accès à l’eau potable pour l’ensemble du village
Allègement des travaux de corvées d’eau par l’installation du système de pompage.

Sur le plan social, ce projet a pour objectif :
Sensibiliser les populations sur l’hygiène et l’assainissement en général
Améliorer la qualité de l’eau de consommation
Alléger les souffrances (corvées d’eau) des bénéficiaires, en particulier des femmes et des enfants. Ce qui permettra de favoriser la scolarisation des enfants et surtout des filles qui assurent le puisage et le transport de l’eau.
Améliorer la santé des populations, l’eau non potable est source de beaucoup de maladies en zone rurale

Puits Assakamour

Travaux de fonçage de 20 puits maraîchers dans la vallée d’Assakamour

Malgré une pluviométrie faible, cette partie du monde est parfois confrontées à des crues dévastatrices

Concentrées sur trois mois, les pluies torrentielles peuvent entraîner la destruction de nombreux puits
ainsi que des cultures maraîchères, engendrant des pénuries alimentaires graves.

Les travaux d’aménagements

Les puits construits en bétons armés :

13 m de profondeur
3 m de captage
10 m de cuvelage
1,40 m de diamètre

Des plants d’arbres d’espèces choisies par la population sont plantés derrière les digues en gabions et pierres sèches
de façon à constituer un ensemble de protection durable.

Travaux entrepris

Montant total : 37 807 €

Résultats obtenus

Construction de 20 puits maraîchers
Réalisation de 300 mètres de buses (cuvelage, captage et margelle)

Kori Tabelot et Assakamour

Construction de digues de protection des berges à Tabelot centre

(200 ml en gabions et 800 ml en pierres sèches)

et d’une digue pour la protection de la vallée d’Assakamour

(1250 ml en pierres sèches)

Les terres cultivées du village principal de la commune de Tabelot ainsi que celles de la vallée d’Assakamour, situées près de koris (rivières intermittentes), sont confrontées aux mêmes difficultés lors des fortes pluies :

  • Destruction de puits
  • Erosion des sols
  • Ensablement des terres
  • Destructions des jardins situés en bordure du kori…

Cette phase de travaux consiste donc à …

  • Protéger  les berges par des gabions et des murs en pierres sèches pour freiner l’écoulement des eaux de pluie
  • Eviter les inondations et les destructions des espaces cultivés.

Coût des travaux …

Le coût total des travaux s’élève à 66 364 €  réparti…

  • Digues en gabions et en pierres sèches à Tabelot : 30 901 €
  • Digues en pierres sèches dans la vallée d’Assakamour : 35 463 €

Les travaux réalisés ont permis de …

  • Diminuer fortement les conséquences des inondations
  • Lutter contre l’ensablement
  • Sécuriser les cultures maraîchères en saison des pluies.
  • Favoriser le remplissage de la nappe phréatique
  • Récupérer les terres ensablées et les rendre cultivables

Source d’Emalawle

Protection et aménagement de la source d’Emalawle dans les monts Bagzhans

Cette source naturelle est le seul point d’eau du village et de la région.

Elle sert à de nombreux usages :

  • aux besoins des 350 villageois : boisson, cuisine, lessive, toilette…
  • à l’irrigation d’un périmètre maraîcher et fruitier situé en contrebas.

En cas de pénurie d’eau, les habitants des villages voisins viennent s’y approvisionner, car c’est la seule source pérenne dans un vaste secteur.

Pourtant elle était menacée :

  • Le manque total de protection la rendait vulnérable.
  • L’absence d’aménagements réduisait son débit utile.
  • Tous les usages possibles de l’eau étaient concentrés sur cette même source, les risques de pollution étaient donc très importants

Des travaux ont donc été entrepris

  • Terrassement
  • Construction d’un abri
  • Protection des berges

Pour un montant total : 7 174,00 €

Les résultats obtenus :

  • Un accès durable à l’eau.
  • L’amélioration du débit de la source et de sa qualité.
  • Une gestion correcte de l’eau pour les habitants du village.
  • Une garantie de la sécurité alimentaire et sanitaire.